0

Journal Liberté > Conseil municipal. Inter Ikea : à qui la faute ?

Lien vers l’article : http://www.libertebonhomme.fr/2015/09/18/conseil-municipal-inter-ikea%C2%A0-a-qui-la-faute%C2%A0/

 

Pour la rentrée du conseil municipal de Caen, majorité et opposition se sont renvoyé la balle sur l’implantation de la zone commerciale Inter Ikea à Fleury-sur-Orne en 2018.

C’est l’un des sujets de la rentrée : l’installation programmée à Fleury-sur-Orne de la zone commerciale Inter Ikea en 2018. Il y a deux semaines, à l’initiative des Vitrines de Caen, les commerçants du centre-ville s’étaient réunis avec les grands centres commerciaux de l’Agglo ? de Cora à Mondevillage en passant par les Rives de l’Orne ? pour tirer la sonnette d’alarme. Unis contre le mastodonte suédois.

« En 10 ans, l‘offre commerciale a été décuplée sur l‘agglomération de Caen. 228.000 m2 de magasins ont vu le jour ». Selon eux, « la priorité est aujourd‘hui de renforcer l‘attractivité et d‘assurer la pérennité des pôles existants ». Dans le même esprit, des Caennais ont lancé il y a quelques jours une pétition pour « Annuler le projet Inter Ikea » sur change.org.

« Sous-estimation du danger » pour Duron

En préambule du conseil municipal de rentrée, lundi soir, majorité et opposition ont également évoqué le dossier fleurysien. Se renvoyant la responsabilité de cette implantation.

Pour l’opposition, Philippe Duron (PS) a une nouvelle fois pointé du doigt l’absence du maire Joël Bruneau (Les Républicains) à la commission nationale d’aménagement commerciale au printemps 2014. « On vous reprochera longtemps votre sous-estimation du danger. Certes, vous ne vous êtes pas brouillé avec le maire de Fleury-sur-Orne comme moi, mais vous avez laissé Ikea porter un mauvais coup au commerce caennais ».

Selon l’ancien édile (2008-2014), « même les journaux nationaux citent la situation de Caen comme exemple de ce qui ne faut pas faire ». Le taux de vacances des commerces « est passé de 5 à 13 % » en centre-ville.

« Nous avons hérité du dossier » pour Bruneau

De son côté, Samia Chehab d’Europe-Ecologie-Les Verts a interpellé le maire pour demander quelles actions avaient été entreprises par la Ville, tandis que Xavier Le Coutour (PRG) a rappelé que lors du précédent mandat, la majorité dont il faisait partie avait « empêché l‘implantation du centre commercial de Verson (Rives de l‘Odon) et du village des marques à Ifs, réduit celle du Leclerc de Blainville et bloqué le projet d‘Inter Ikea ».

En réponse, l’actuel maire Joël Bruneau a expliqué qu’il « ne fallait pas réécrire l‘histoire. Nous avons hérité de ce dossier ». Selon lui, « dès 2009, les articles de presse évoquaient l‘implantation future de 60 magasins et le transfert du Simply Market de Fleury pour l‘agrandir. Et tout le monde sait que Simply Market fait partie du groupe Auchan… ». La construction d’une troisième zone sur 20 hectares à côté, avec piscine ludique, bowling ou fitness était également évoquée.

« Dès que j‘ai pu, j‘ai retiré l‘option d‘achat de ce troisième terrain pour ne pas qu‘il y ait possibilité d‘extension pour Ikea ».

Philippe Duron a rebondi : « Oui nous étions favorables au projet Inter Ikea au début parce que c‘était un nouveau concept. Mais dès qu‘ils (Ikea) ont changé de stratégie, avec un projet classique sans valeur ajoutée, nous nous y sommes opposés ».

Joël Bruneau a rappelé que la mairie de Caen avait déposé un recours contre l’arrivée d’Inter Ikea en fin d’année dernière, au côté de l’association des commerçants caennais, devant la Cour administrative d’appel de Nantes. « Le sujet du centre-ville est essentiel et nous ne restons pas immobiles ». Le recours étant non suspensif, le géant suédois pourra débuter ses travaux d’aménagement. « Maintenant, nous sommes dans l‘attente de cette décision de justice », reprend Bruneau, qui espère une réponse au premier semestre 2016.

Caen, 14

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *